Un beer geek à New York

Encore groggy par le vol transatlantique, j’arrive à la douane de l’aéroport de JFK. L’accueil n’est pas des plus chaleureux mais qu’à cela ne tienne, j’ai bien l’intention de profiter de ma première journée sur le sol américain. Il faut dire qu’avec le décalage horaire, c’est comme si le vol n’avait duré qu’une heure. Après avoir montré patte blanche à l’officier en poste, j’opte pour le train pour rejoindre mon hôtel à Manhattan. Une petite douche et hop, direction le premier bar !

La Taproom Alewife NYC se trouve dans le Queens. Ne soyez pas effrayés si vous logez en ville, c’est hyper facile et rapide en métro (3 stations de Times Square). Je pose le décor : 17h30 vendredi soir et déjà une ambiance de feu avec de la (bonne) musique à fond et les tournées… qui tournent. Je commence par le porte-drapeau de la brasserie new-yorkaise Electric Rhino, une session IPA à 4,6%. Suivent une IPA Death To Ego et une canette de Hash Cash brassée en collaboration avec le voisin KCBC et où l’Amarillo a été utilisé séché comme on le ferait pour l’herbe récréative qui se fume. Les techniciens approfondiront… Si les bières houblonnées ont plus un côté britannique (normal, le patron Patrick Donagher est Irlandais) que résineux américain, il en va de même avec la Pilsner qui ne surdose pas le houblon aromatique mais privilégie plutôt les notes maltées. Un régal ! Côté nourriture, du classique avec un twist : chicken wings à la sauce barbecue fraise (vous lisez bien) chipotle, choux de Bruxelles croustillants à l’huile piquante et des frites à l’ail à écarter les vampires pour de bon. Derrière la vitre, la petite installation de brassage à laquelle viendront bientôt s’ajouter 20 fermenteurs à la cave. Mais le gros de la production est brassé à 2 blocs de là dans des cuves plus adaptées. Également à quelques encablures, vous tomberez sur une vue imprenable sur le skyline de la Grosse Pomme.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2… ou plutôt nuit 1 : 5h30 heure locale, les yeux grands ouverts. Je sors profiter de l’ambiance de début de journée aux alentours de Times Square.

Premier bar de la journée : Rattle N Hum East. À 11h30. l’ambiance n’est pas dingue, mais la sélection bien sympathique (plus que la serveuse un tantinet ronchonne). Je commence tranquille avec un correcte Peeper de Maine Beer Co.  S’ensuivent d’excellentes Sloop Juice Bomb et Grimm Cloud Landing (oui, j’aime les IPAs). C’est alors le temps des Sours avec une Almanac Low Hanging Fruit et une Allagash Lil’ Brett, excusez du peu…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Direction The Jeffrey, un autre établissement de Patrick Donagher. Superbe endroit ! L’accueil est chaleureux, la sélection de bières ne souffre pas la critique et la carte des cocktails est alléchante. L’IPA DDH Hypgnosis de la new-yorkaise Singlecut était une bonne entrée en matière. La très convoitée Sip of Sunshine de Lawsons (Vermont) m’a laissé un peu sur ma soif mais la Cream Ale Tourist Trap de KCBC m’a remis sur les rails de l’extase gustative.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le lendemain, après une petite balade touristique à pieds, je me dirige vers The Ginger Man, un chouette bar près de l’Empire State Building. De belles bières au menu et des cocktails bien faits. Ils ont même leur propre bourbon single barrel et 2 bières US au cask.

Gros coup de cœur pour la brasserie Fifth Hammer dont le nom est inspiré d’une histoire où le mathématicien Pythagore (oui, celui qui vous embête avec son hypoténuse) aurait apprécié l’harmonie de 4 marteaux sur 5 en passant devant un forgeron, le 5e marteau dissonant représentant la différence et l’originalité. Voilà, ça… c’est fait. Revenons aux bières. Fifth Hammer travaille à merveille les houblons et l’équilibre avec les céréales : dans une sublime BRUT. by Hammer Five (vous savez ce nouveau style où on veut l’opposé d’une New England en gros), une très maltée Neighborbraü Pils, Azacca Quokka (NEIPA à 7,9%), Tale of the Comet (Imperial IPA DDH au Comet) et Feathershark (Imperial NEIPA) à convertir les plus réticents. La brasserie propose quelques Sours pour les amateurs de fruits : Pineappledactyl (ananas), POGlodyte (fruit de la passion, orange sanguine et guava). Quant aux bières noires, je me délecte de la Lil’ Roasty (Stout à 3,8%) et la version à la noix de coco très discrète Lil’ Coco Roasty. Bref, si vous êtes de passage dans le Queens, faites un détour par là, vous ne serez pas déçu du voyage.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je suis tellement bien chez Fifth Hammer que j’en profite pour faire un petit live sur Facebook :

 

C’est pas tout ça mais ça donne faim toutes ces bières. Petit plat de rigatoni (je ne voyais pas ça comme ça mais plus creux… bon) broken meatball avec des vrais morceaux de boulettes de viande chez Aunt Jakes’s. Je recommande vivement si vous passez dans Little Italy. C’est pas compliqué à trouver, ça fait 4 rues (1 bloc) au milieu des Chinois.

Aunt Jakes’s

À 15 minutes de marche de Little Italy, le Fools Gold NYC sera votre oasis brassicole. Une énorme sélection de drafts : Alewife (of course), LIC Beer Project, Interboro, Fiddlehead, Pipeworks, KCBC, Firestone, Sloop, Allagash…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Commander une IPA de Other Half avec son lobster Roll, c’est la classe. C’est possible à The Smith situé à 1150 Broadway.

Sur le toit d’un bâtiment jouxtant le Flat Iron Building, au 15e étage, la Birreria du supermarché Eataly. Ils brassent certaines bières sur place mais je n’ai pas eu la chance d’y goûter. Je me suis rabattu sur une des nombreuses Dogfish Head disponibles (la locale Interboro indisponible aussi) : Flesh and Blood IPA. La cuisine, évidemment italienne mais aux accents US avec de la charcuterie New England, tient la route.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au Blind Tiger, l’ambiance est différente, plus feutrée. Une sélection de malade avec du Other Half, Crooked Stave, Half Acre, Threes, Sloop, Grimm… sur les 28 têtes de fûts.

Threes Brewing : une brasserie avec une vraie cuisine. On ne voit pas bien sur les photos mais les fermenteurs sont juste dans le bar, derrière des panneaux coulissants avec les alcools. Ah oui, j’allais oublier : on est à Brooklyn et les bières sont pas mal du tout, notamment le lager Kicking & Screaming fermenté en foudre. Rendez-vous sur Untappd pour mon avis…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Chelsea Market est un endroit pour les amateurs d’artisanat artistique mais aussi pour les foodies. Pour y arriver, quoi de mieux que la High Line, ancienne voie de chemin de fer aérienne réaménagée en chemin pédestre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous l’aurez aisément compris : New York est une ville incroyable pour les amateurs de bières. Les bars servant des crafts se trouvent à tous les coins de rue (TØRST a l’air pas mal aussi) et font la part belle aux brasseries locales (Alewife, Fifth Hammer, Other Half, Transmitter, KCBC, Single Cut…).

Je vous laisse avec quelques images plus touristiques.

Fondateur de Meet my Beers! - Co-organisateur du BXLBeerFest - Reporter Happy Beer Time - Créateur de Souvenir d'un Soir
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *